Et pendant que je ne bloguais pas… (vidéo)

Dans le cadre du projet de recherche « Des avant-textes au spectacle / recueil de contes : étude des processus créateurs de trois conteurs contemporains québécois » (FIR, UQAR), on interroge une conteuse (Marie Lupien-Durocher) et un conteur (Éric Gauthier) d’aujourd’hui pour connaître la manière dont ils choisissent leurs histoires, les apprennent et se les approprient jusqu’à se préparer à les livrer en spectacle.

Chercheure principale: Camille Deslauriers
Assistante de recherche: Marise Belletête
Scénario, production, animation: Jean-Sébastien Dubé
Caméra, réalisation, montage: Patrick Gélinas

©Copyright Université du Québec à Rimouski (UQAR) 2016

Les leçons d’un cas de Figures (de proue)

figures_proue_salut
Crédit photo: Maïa Pons

La 24e édition du Festival Les jours sont contés en Estrie vient de se terminer…  Mais elle avait commencé sur des chapeaux de roue!  Le spectacle d’ouverture du 13 octobre 2016 s’appelait Figures de proue. Il y avait assez longtemps qu’un spectacle de contes ne m’avait pas enthousiasmé à ce point. Continuer la lecture de « Les leçons d’un cas de Figures (de proue) »

Du contexte idéal pour conter (cercle de décembre dernier)

Depuis deux ans, le Cercle des conteurs des Cantons de l’est (dont j’ai le grand plaisir de faire partie) offre à ses membres une discussion thématique mensuelle.  En décembre dernier, nous étions peu nombreux, mais la discussion a porté sur un thème aussi délicat qu’important…  Suite à des expériences de contage difficiles, qu’est-ce qui fait que c’est plus ou moins facile de conter?  Quel est le contexte idéal?  La fée Mirage qui avait suggéré ce thème en a fait un résumé que je vous cite partiellement, avec son autorisation: Continuer la lecture de « Du contexte idéal pour conter (cercle de décembre dernier) »

Un conteur relit _Comme un roman_ de Pennac

comme_un_romanJe l’avais déjà lu dans les années 1990, un peu pour faire comme tout le monde.  C’était alors la mode et je suivais des cours de littérature…  Mais ma douce a eu la bonne idée de me l’offrir pour Noël (après que j’eue laissé traîner un feuillet publicitaire où je l’avais entouré – on a la subtilité qu’on peut…).  Ça se dévore: trois petites heures et ça y était.  Mais j’ai surtout réalisé cette fois-ci à quel point Pennac parlait aux conteurs…  Pas qu’aux professionnels, s’entend, plutôt aux conteurs en chacun de nous.  Mais, de là, il devient facile d’extrapoler.  En fait, Pennac parle de comment naît l’amour des livres chez les jeunes lecteurs.

Son propos général est de faire aimer les livres, soit.  Sauf que l’amour des livres dont il parle passe par l’amour des récits.  J’y vois l’occasion idéale de se mettre dans la peau de notre public. Qu’est-ce qui nous touche, nous conteurs, lorsque nous sommes, à notre tour, auditeurs? …Et de nous mettre à chercher comment toucher ce public pour le voir se multiplier.  Nous avons clairement un rôle à jouer dans la transmission de cet amour des histoires… Continuer la lecture de « Un conteur relit _Comme un roman_ de Pennac »

Est-ce que les conteurs transgenres racontent des histoires trans… génériques?

[Dans le cadre du Festival Les jours sont contés en Estrie, j’ai produit un texte en réaction au spectacle d’Ivan Coyote, présenté le 18 octobre 2013, dans le lobby du Théâtre Centennial à l’Université Bishop.  L’original, en anglais, peut être consulté ici.]

Pg-10_center_ivancoyote
Ivan Coyote

Allez, vous ne vous êtes jamais posé la question? Pas même un peu? Moi oui.

Puisque la façon de conter est tellement liée à l’identité particulière du conteur, comment racontera quelqu’un qui a dû lutter, redéfinir et affirmer cette identité? Quel genre d’histoires seront contées? Comment seront-elles incarnées pour être transmises? Des contes d’amour? De guerre? D’horreur? D’humour? Tous ces genres réunis dans un style unique qui traverse et transgresse toute catégorisation?

En français, les mots pour dire genre (sexe biologique) et genre (classification typologique des oeuvres) sont les mêmes. Pas en anglais. Et bien que je n’aie jamais eu l’intention de réduire le contage d’Ivan Coyote à cette seule dimension de tout ce qu’elle est comme personne, j’étais curieux… et crétin. Continuer la lecture de « Est-ce que les conteurs transgenres racontent des histoires trans… génériques? »

Un conteur nu parmi les fringues

[Dans le cadre du Festival Les jours sont contés en Estrie, on a voulu souligner les dix ans du Cercle des conteurs des Cantons de l’est. En tant que membre fondateur du Cercle, je n’ai pas pu résister à l’envie de partager ce souvenir qui m’est cher…]

yip-frip
Photo: Nicolas Grandmangin

Avant L’arbre à palabres, avant La brûlerie de café, il y avait Chez Yip! Trucs et fringues.  Pour leurs soirées micros libres, les conteurs du Cercle se réunissaient une fois par mois dans une petite friperie de la rue Frontenac. Tibi, le propriétaire, nous accueillait dans sa boutique digne des Mille et une nuits en tassant les supports à vêtements. Le (rare) public s’assoyait sur des chaises dépareillées, un vieux fauteuil, des coussins ou simplement sur le tapis persan.

 

yip_petit
L’intérieur du Yip (en 2004)

Lors d’un stage en 2003, le conteur Guth Des Prèz, nous avait parlé du « conteur nu ». C’était la façon de Guth de nous décrire ces conteurs d’autrefois, sans entraînement scénique, qui vous captivaient avec la seule force de leurs récits.  Par un torride soir de juillet 2004, nous en avons rencontré un.

Continuer la lecture de « Un conteur nu parmi les fringues »

Conter comme en strip-tease? Le rapport à la séduction

Pling!  Un courriel interlope reçu et lu à la dérobée.  Mme G., ma coach clandestine dont j’étais sans nouvelle depuis des mois, me recontacte secrètement avec une question comme une mission tout ce qu’il y a d’équivoque:

Que penses-tu du rapport à la séduction dans la relation que peut avoir une conteuse avec son public ? Moi je pense que si une conteuse arrive a se séduire elle-même par son propre conte, elle séduira son auditoire sans se trahir. Pas besoin de se poser milles questions…. Qu’en penses-tu ?

Évidemment, je ne peux résister.  La proposition est trop… séduisante.  Il y a longtemps que je n’ai pas été en service, dans l’action (ou dans la réflexion, si vous préférez).  Je ne serai que consultant sur cette affaire, donc le risque est modéré. J’accepte et un rendez-vous est fixé dans un obscur restaurant Thaï, grand comme ma main. Continuer la lecture de « Conter comme en strip-tease? Le rapport à la séduction »

Textes Festival 2012 (4) : Prière pour Petronella

[Le 16 octobre dernier, nous avons été plusieurs à rendre hommage à Petronella Van Dijk, ma fée-marraine, qui a porté le Festival à bout de bras pendant vingt ans. Quand on m’a approché pour que je rédige quelque chose à son attention, comment aurais-je pu refuser?  Si elle n’avait été là, je ne conterais pas.  Je m’étais déjà essayé au pastiche…  Il m’a semblé que c’était une belle occasion de récidiver.]

Mes bien chers frères et sœurs, si notre jubilaire d’aujourd’hui était moins humble et plus pieuse, elle nous aurait sans doute déjà enseigné la prière suivante… dont je vous demanderais de répéter le dernier vers de chaque strophe.  Vous n’êtes pas obligés de vous agenouiller. Continuer la lecture de « Textes Festival 2012 (4) : Prière pour Petronella »

Jan Blake, une maîtresse-femme raconte…

 J’ai fait ma maîtrise à l’Université Concordia de Montréal.  J’ai donc reçu il y a environ un mois une invitation de mon alma mater pour assister à la prestation de la conteuse britannique d’origine jamaïcaine Jan Blake.  Un peu surpris que cette institution offre à ses diplômés d’assister à des spectacles de contes, j’ai d’abord pensé ne pas y aller. Lorsque Stéphanie Bénéteau et d’autres m’ont dit à quelle point il s’agissait d’une conteuse exceptionnelle qu’il ne fallait absolument pas manquer, j’ai pris des arrangements pour être dans la métropole le 14 novembre dernier, soir de la performance de la dame.

Et quel spectacle !  Des histoires puissantes (de la Côte d’ivoire, du Kenya) livrées avec brio par une conteuse charismatique et toujours juste.   Des images claires et directes comme des flèches.  Des mots recherchés, choisis, mais jamais pompeux.  Une aisance dans le jeu et dans la voix qui trahissent à peine les heures de travail requises pour que “ça ait l’air aussi facile”.   Continuer la lecture de « Jan Blake, une maîtresse-femme raconte… »