Grande Virée 2014 : La récolte de mes semailles

Une partie de moi voudrait crier : « Y’avait pas de but, c’était une expérience à vivre… Il fallait que je le fasse.  C’est tout!  Ça ne se comptabilise pas. »  Et ça ne serait pas faux.  Mais peut-être parce que je suis plutôt rationnel et parce que c’était un projet fou, peut-être parce que j’ai passé l’été à dépenser temps et argent pour me préparer, parce que je me suis éloigné de ma famille et de mon travail pendant une douzaine de jours… Toujours est-il que j’éprouve le besoin d’élaborer sur ce que cette aventure m’a apporté.  Continuer la lecture de « Grande Virée 2014 : La récolte de mes semailles »

Des jeux pour jouer à conter (3/3)

[Je termine ma série de billets sur les jeux qui font conter pour donner des idées cadeaux.  La série commence ici et se poursuis .  Aujourd’hui, je traite des jeux que je n’ai pas eu la chance d’essayer, mais dont je dispose et que j’ai lu.  Si quelqu’un se porte volontaire pour être cobaye, je suis toujours prêt à remédier à la situation… Je termine enfin par des jeux dont j’ai pris connaissance mais qui ne se sont pas rendus à moi.  Père Noël?]

Jeux jamais essayés, mais en ma possession:

Do : Pilgrims of the Flying Temple (Evil Hat Productions):

Jeu très joli et sympathique de do_couverturebelle production (couverture rigide, quelques illustrations en couleurs et plusieurs magnifiques esquisses noir et blanc).  Le jeu a bénéficié d’une campagne de socio-financement pour voir le jour en 2011. Il se définit comme un jeu de contage collaboratif (Cooperative Storytelling Game) “à propos d’aider les gens et de se mettre dans le pétrin”.

Les pèlerins du Temple volant sont de jeunes moines qui viennent en aide à quiconque les interpellent au moyen de lettres envoyées mystérieusement au Temple.  Les joueurs vont incarner ces moinillons un peu écervelés, mais pleins de bonnes intentions.  Les noms des personnages, composés de deux particules, reflètent cette aptitude à aider… et à se mettre les pieds dans les plats!  Par exemple, le pèlerin Chat Endormi aide les gens grâce à son agilité, mais à tendance au sommeil aux plus mauvais moments.

L’univers de jeu, assez onirique, est un monde aérien composé d’îlots de terres ou planètes entre lesquels les pèlerins volent littéralement au secours des rédacteurs des lettres d’aide.  Outre des myriades d’oiseaux, des baleines volantes et des montgolfières traversent le ciel.  Le petit prince de St-Exupéry est cité comme une source d’inspiration. Continuer la lecture de « Des jeux pour jouer à conter (3/3) »

Des jeux pour jouer à conter (2/3)

[Je poursuis ma série sur les jeux qui permettent de jouer à conter, d’initier au contage ou de développer des habiletés utiles aux conteurs…  Le début du texte est ici.]

Jeux perpendiculaires (pas directement pour conter, quoique…): 

dixit_boiteDixit (Libellud): Maintes fois primé, Dixit n’a peut-être plus besoin de présentation.  Je m’y risque tout de même, ne serait-ce que pour expliquer sa présence dans ma liste…  D’abord, le matériel est superbe.  Les illustrations des cartes par Marie Cardouat sont époustouflantes.  Elles parviennent à restituer un climat que je qualifierais d’«inquiétante naïveté», propice aux contes de fées. L’univers présenté par l’illustratrice est proche de celui des contes, avec une symbolique riche et universelle (soulier, dragon, arbre, etc.). Certainement de puissantes sources d’inspiration pour qui veut écrire ses histoires. Continuer la lecture de « Des jeux pour jouer à conter (2/3) »

Des jeux pour jouer à conter (1/3)

J’aime les contes et j’aime les jeux de société.  Par conséquent, j’ai un intérêt certain pour les jeux où l’on conte. À l’approche de Noël [NDLR: j’ai le droit d’en parler parce que nous sommes en décembre.  Avant, je m’y refuse.], il est toujours intéressant de recevoir quelques idées cadeaux, pour les autres ou pour bonifier sa propre liste.  Charité bien ordonnée…

Je me propose donc de passer en revue divers jeux de contage (jeux de rôles, de création collective, etc.) que j’ai essayé, que j’aimerais essayé sans en avoir eu l’occasion ou que j’aimerais avoir.  Autrement dit, je vous ouvre ma ludothèque présente et… future.

Je crois sincèrement que, si les thèmes abordés par les contes peuvent être graves, si le travail des artistes doit être professionnel, l’activité “conte” doit rester ludique et accessible au plus grand nombre.  Bien sûr, on peut toujours jouer à se raconter des histoires sans support aucun ou seulement avec des cailloux, mais un cadre simple, clair, pas trop contraignant et agréable à regarder peut justement contribuer à intéresser un plus large public à notre art.  Du reste, la plupart de ces jeux peuvent servir aux conteurs pour initier de nouvelles histoires, pour développer sa capacité d’improvisation ou simplement pour garder la main.  Plusieurs de ces jeux peuvent aussi servir de supports visuels à nos histoires (voir à ce sujet l’excellent site de Apple-paille).

Continuer la lecture de « Des jeux pour jouer à conter (1/3) »

Mélissa Mongiat: les histoires que les lieux racontent

Je ne résiste plus à l’envie de vous présenter une de mes nouvelles idoles, soit Mélissa Mongiat, designer d’environnements narratifs et compagnie.  “[L]e magazine Wallpaper, une autorité dans le domaine, l’a incluse dans son palmarès des 10 designers les plus prometteurs du monde.”  Son nom ne vous dit peut-être rien, mais si je vous parle de l’installation 21 balançoires qu’elle a co-créé pour le Quartier des spectacles de Montréal avec sa collaboratrice Mouna Andraos de l’atelier Daily tous les jours, vous saurez sans doute de quoi il s’agit.  Je l’avais rencontré il y a deux ans lors de la journée Nouveaux territoires narratifs à la Société des arts technologiques. Son travail m’avait fait forte impression.  Voici ce que j’en écrivais alors… Continuer la lecture de « Mélissa Mongiat: les histoires que les lieux racontent »

Histoire en chuchotant

« Maman, raconte-moi une histoire en chuchotant ! »

Sacré loustic. Bordé jusqu’au nez sous sa couette à monstres multicolores, il sait très bien quelle formule magique prononcer. Pour le principe, je résiste un peu :

« – C’est l’heure de dormir, là, il est tard… »
« – Une toute petite… »

Un bisou. Je chavire, c’était gagné d’avance. Il prend les rênes et fait sa commande :
« Allez ! Je choisis les animaux. » Une moue concentrée. « Mmmmh… Une araignée et… une chèvre ! » Continuer la lecture de « Histoire en chuchotant »

Entrer dans le jeu

En écho à l’article de Jean-Sébastien sur le « conte aux petites oreilles », je voudrais dire à quel point conter pour les enfants est une discipline particulière, passionnante et fascinante tout à la fois (et parfois terrifiante).

Tout d’abord, je suis d’accord sur ce point : les enfants n’ont généralement pas les barrières de politesse (patiemment inculquées par l’éducation parentale et scolaire, entre autres), qui font que les adultes, même s’ils s’ennuient, ne se permettront pas de manifester cet ennui -ou rarement. Les enfants, eux, sont entiers : s’ils s’ennuient, ils le font savoir assez vite et assez fort…  D’un autre côté, cette absence de barrières leur permet aussi d’exprimer beaucoup plus fort et spontanément leur intérêt – voire leur passion – pour telle ou telle histoire ou séquence particulière… Ils sont immédiatement et naturellement DANS le jeu, DANS l’histoire, chose que les adultes ont beaucoup plus de mal à faire. Continuer la lecture de « Entrer dans le jeu »

Croix de fer, crois de bois (Faut-il croire aux contes? 3/3)

modern-crossJe pense que, pour moi, la question a commencé à se poser il y a quelques années.  Comme j’expliquais à ma mère, très croyante, que le conte était pour moi devenu une forme de spiritualité.  Elle m’avait dit: « …Mais ce n’est que de la fiction. »  Sur le coup, je n’ai pas su quoi répondre.  Mais lorsque j’ai rapporté ces propos à ma fée-marraine, son regard s’est durci et elle a simplement dit: « Tu sais, les centres d’achat, la consommation, le mode de vie nord-américain… c’est aussi de la fiction. » Continuer la lecture de « Croix de fer, crois de bois (Faut-il croire aux contes? 3/3) »

Chasser le dragon (Faut-il croire aux contes? 2/3)

Ces discussions sur les croyances me ramènent assez souvent à un texte découvert dans le cadre d’un cours d’anthropologie, suivi pendant mes études de maîtrise.  Il s’agit de l’essai « Les  savoir_anthropologuescroyances apparemment irrationnelles » de Dan Sperber, dans Le savoir des anthropologues (Hermann, Paris, 1982) qui m’avait fait grande impression.  Le point de départ de ce texte aurait de quoi séduire Dany Plouffe (et la plupart des conteurs…).  Il y est question du vieux Filaté, un informateur éthiopien qui va voir Sperber un matin afin de lui demander, le plus sérieusement du monde, de tuer un dragon. Continuer la lecture de « Chasser le dragon (Faut-il croire aux contes? 2/3) »

Sortir des cases

EPSON scanner imageM’y voilà donc. Je dois avouer que j’ai le trac. Je suis émue aussi, forcément, d’autant que j’ai résolu de parler de quelqu’un qui a plus que probablement contribué à m’ouvrir les yeux et les portes de mes deux passions : les histoires et le dessin.

Il s’agit de Fred.

Fred était un dessinateur de bandes dessinées français, d’origine grecque. Il vient de s’éteindre, le 2 avril dernier, à 82 ans, au terme d’une vie bien remplie. Sa présence et son travail ont marqué le petit monde de la bande dessinée comme personne et il va manquer à bien des gens.

Vous me direz : pourquoi parler du travail d’un auteur de bandes dessinées dans un blog portant sur l’oralité et le conte ? N’est-ce-pas contradictoire ? Continuer la lecture de « Sortir des cases »