Transfuges de l’humour: intéressants pour les conteurs?

Article intéressant paru dans La Presse ce week-end en marge du Gala des Oliviers.  La journaliste Chantal Guy a eu la bonne idée d’interviewé trois comédiens (Valérie Blais, Emmanuel Bilodeau et Fabien Cloutier) qui fréquentent désormais les scènes du milieu de l’humour.  Il me semble que pour nous conteuses et conteurs qui avons un rapport inconfortable avec l’humour, qui rêvons (ou cauchemardons, c’est selon) d’une École de conte et qui cherchons notre place souvent entre la tradition théâtrale et la machine du rire, il a matière à réflexion.

Continuer la lecture de « Transfuges de l’humour: intéressants pour les conteurs? »

Les rapports entre le conteur et son conte, selon Jihad Darwiche

conte_oriental

 

J’ai lu cet automne Le conte oriental de Jihad Darwiche (coll. « L’espace du conte », éditions Édisud, 2001) .  Si le livre contient de l’information intéressante sur la place du conte dans la culture libanaise, ainsi que plusieurs jolies histoires (dont celle, très belle, de “Antara ibn Chaddad” qui me touche particulièrement…) ce sont surtout les dernières pages que j’ai retenues.  Il est beaucoup question de la relation entre le conteur et ses contes. Continuer la lecture de « Les rapports entre le conteur et son conte, selon Jihad Darwiche »

Semer à tous vents

logo_semeursJe pense que c’est tranquillement en train de devenir officiel, donc je peux maintenant en parler ici: je ferai partie de l’édition 2014 de la Grande Virée des Semeurs de contes. Nous marcherons de Lévis à Rivière-du-loup du 8 au 18 septembre prochains en racontant nos histoires en échange du gîte et du couvert. Continuer la lecture de « Semer à tous vents »

Les billets non-écrits de 2013

Afin de débuter 2014 du bon pied, j’éprouve le besoin de vider ma mémoire de tous les billets que j’aurais aimé écrire en 2013, mais n’ai pas écrit faute de temps, par pudeur, paresse ou par souci de circonspection. C’est aussi une occasion de bilan par ce qui n’a pas été rendu public jusqu’ici. Ce n’est pas forcément intéressant pour les lecteurs, j’en conviens.  D’un autre côté, c’est peut-être l’occasion de vous manifester: y’a-t-il un ou l’autre de ces billets hypothétiques que vous auriez particulièrement aimé lire?

Continuer la lecture de « Les billets non-écrits de 2013 »

Des jeux pour jouer à conter (3/3)

[Je termine ma série de billets sur les jeux qui font conter pour donner des idées cadeaux.  La série commence ici et se poursuis .  Aujourd’hui, je traite des jeux que je n’ai pas eu la chance d’essayer, mais dont je dispose et que j’ai lu.  Si quelqu’un se porte volontaire pour être cobaye, je suis toujours prêt à remédier à la situation… Je termine enfin par des jeux dont j’ai pris connaissance mais qui ne se sont pas rendus à moi.  Père Noël?]

Jeux jamais essayés, mais en ma possession:

Do : Pilgrims of the Flying Temple (Evil Hat Productions):

Jeu très joli et sympathique de do_couverturebelle production (couverture rigide, quelques illustrations en couleurs et plusieurs magnifiques esquisses noir et blanc).  Le jeu a bénéficié d’une campagne de socio-financement pour voir le jour en 2011. Il se définit comme un jeu de contage collaboratif (Cooperative Storytelling Game) “à propos d’aider les gens et de se mettre dans le pétrin”.

Les pèlerins du Temple volant sont de jeunes moines qui viennent en aide à quiconque les interpellent au moyen de lettres envoyées mystérieusement au Temple.  Les joueurs vont incarner ces moinillons un peu écervelés, mais pleins de bonnes intentions.  Les noms des personnages, composés de deux particules, reflètent cette aptitude à aider… et à se mettre les pieds dans les plats!  Par exemple, le pèlerin Chat Endormi aide les gens grâce à son agilité, mais à tendance au sommeil aux plus mauvais moments.

L’univers de jeu, assez onirique, est un monde aérien composé d’îlots de terres ou planètes entre lesquels les pèlerins volent littéralement au secours des rédacteurs des lettres d’aide.  Outre des myriades d’oiseaux, des baleines volantes et des montgolfières traversent le ciel.  Le petit prince de St-Exupéry est cité comme une source d’inspiration. Continuer la lecture de « Des jeux pour jouer à conter (3/3) »

Des jeux pour jouer à conter (2/3)

[Je poursuis ma série sur les jeux qui permettent de jouer à conter, d’initier au contage ou de développer des habiletés utiles aux conteurs…  Le début du texte est ici.]

Jeux perpendiculaires (pas directement pour conter, quoique…): 

dixit_boiteDixit (Libellud): Maintes fois primé, Dixit n’a peut-être plus besoin de présentation.  Je m’y risque tout de même, ne serait-ce que pour expliquer sa présence dans ma liste…  D’abord, le matériel est superbe.  Les illustrations des cartes par Marie Cardouat sont époustouflantes.  Elles parviennent à restituer un climat que je qualifierais d’«inquiétante naïveté», propice aux contes de fées. L’univers présenté par l’illustratrice est proche de celui des contes, avec une symbolique riche et universelle (soulier, dragon, arbre, etc.). Certainement de puissantes sources d’inspiration pour qui veut écrire ses histoires. Continuer la lecture de « Des jeux pour jouer à conter (2/3) »

Des jeux pour jouer à conter (1/3)

J’aime les contes et j’aime les jeux de société.  Par conséquent, j’ai un intérêt certain pour les jeux où l’on conte. À l’approche de Noël [NDLR: j’ai le droit d’en parler parce que nous sommes en décembre.  Avant, je m’y refuse.], il est toujours intéressant de recevoir quelques idées cadeaux, pour les autres ou pour bonifier sa propre liste.  Charité bien ordonnée…

Je me propose donc de passer en revue divers jeux de contage (jeux de rôles, de création collective, etc.) que j’ai essayé, que j’aimerais essayé sans en avoir eu l’occasion ou que j’aimerais avoir.  Autrement dit, je vous ouvre ma ludothèque présente et… future.

Je crois sincèrement que, si les thèmes abordés par les contes peuvent être graves, si le travail des artistes doit être professionnel, l’activité “conte” doit rester ludique et accessible au plus grand nombre.  Bien sûr, on peut toujours jouer à se raconter des histoires sans support aucun ou seulement avec des cailloux, mais un cadre simple, clair, pas trop contraignant et agréable à regarder peut justement contribuer à intéresser un plus large public à notre art.  Du reste, la plupart de ces jeux peuvent servir aux conteurs pour initier de nouvelles histoires, pour développer sa capacité d’improvisation ou simplement pour garder la main.  Plusieurs de ces jeux peuvent aussi servir de supports visuels à nos histoires (voir à ce sujet l’excellent site de Apple-paille).

Continuer la lecture de « Des jeux pour jouer à conter (1/3) »

Histoire en chuchotant

« Maman, raconte-moi une histoire en chuchotant ! »

Sacré loustic. Bordé jusqu’au nez sous sa couette à monstres multicolores, il sait très bien quelle formule magique prononcer. Pour le principe, je résiste un peu :

« – C’est l’heure de dormir, là, il est tard… »
« – Une toute petite… »

Un bisou. Je chavire, c’était gagné d’avance. Il prend les rênes et fait sa commande :
« Allez ! Je choisis les animaux. » Une moue concentrée. « Mmmmh… Une araignée et… une chèvre ! » Continuer la lecture de « Histoire en chuchotant »

Trouver la bonne distance pour conter aux petites oreilles (stage avec Françoise Diep)

Deux semaines après ma formation avec Christine Andrien (voire billet précédent), c’était reparti avec Françoise Diep.  À force, j’ai le cerveau un peu en gélatine, mais heureusement y’a quand même pas mal de congruence entre ces deux formatrices. Ici encore, je peux me fier sur le blogue de Geneviève Falaise pour la nomenclature des notions apprises et approfondir des aspects qui me sont plus personnels.

La formation Conte, livre et petite enfance m’a donné l’opportunité d’appréhender une zone d’ombre de mon art: raconter aux enfants. J’ai beau en avoir de tout jeunes à la maison, leur raconter des histoires ne va pas de soi pour moi (autrement que de lire un livre avant le coucher, de manière plutôt animée il est vrai).  Assez paradoxalement peut-être, c’est raconter aux grands que je préfère. Avec les petits, pas de filtre, pas d’écoute polie et donc le besoin de travailler fort pour éveiller, puis conserver leur intérêt.  Plusieurs conteurs d’expérience affirment combien il leur a été formateur de conter aux petits. Je n’en doute pas, j’ai juste eu peu l’occasion de le faire.  Et ça me terrorisait… Continuer la lecture de « Trouver la bonne distance pour conter aux petites oreilles (stage avec Françoise Diep) »