Mais c’est qui Gigi? (Bigot)

Je pars tôt demain matin pour une formation de deux jours offertes par le Regroupement du conte au Québec sur le thème « La création d’un solo de conte » (Merci RCQ!). Compte tenu de là où j’en suis dans ma démarche artistique, le programme me va tout à fait:

Les participants seront amenés à se questionner sur la pertinence de leurs choix, sur la façon de s’approprier un univers, de personnaliser leur spectacle (leur « conte »), d’être soi-même, de se sentir libre et vivant et de donner aux histoires traditionnelles ou autres toute leur force et leur pertinence dans l’ici et maintenant.

Mais surtout:

En ce qui concerne la gestion des énergies, les participants seront guidés dans leur recherche d’une technique personnelle de gestion de l’énergie et des moments forts du solo, sans céder à la peur panique de la perte de contrôle.

J’avoue être curieux de la façon dont la formatrice, Mme Gigi Bigot, conteuse française que sa réputation précède (c’est une grosse pointure là-bas!), arrivera à faire avancer chacun (nous serons six participants) sur son projet personnel tout en conservant une certaine cohésion au groupe…

Surtout, évidemment je suis aussi plutôt curieux de savoir qui est cette bonne dame. Alors je suis allé consulter son site Web. Outre la bio de circonstance, c’est ce texte-ci (« Des traces de pas dans l’air ») qui me touche beaucoup…  Par ailleurs, elle semble favoriser une approche réflexive du conte.  Disons que cela augure bien.

À l’abordage! (avec Nadine Walsh)

L’impressionnante Nadine Walsh annonçait récemment les dates de son nouveau spectacle solo Femmes pirates ou crises de foi(e). Ayant discuté avec Nadine de ses motivations pour monter le spectacle, ça ne risque pas d’être triste. Reste à convaincre ma blonde d’aller la voir la veille de la St-Valentin…

Assoiffées d’aventures, elles ont levé les voiles ; cap vers la liberté ! Sans pitié, elles ont abordé l’amour et l’ennemi à bout portant ! Armées d’audace et d’insolence, elles ont défié les lois, à la vie, à la mort !

Ann Bonny et Mary Read sont de ces femmes pirates qui ont réellement vécu mais dont on ne connaît que la légende. Ces intrépides femelles défient encore aujourd’hui les lois du genre ! Elles ont su se faire respecter dans un milieu d’hommes des plus cruels, ont suivi leurs pulsions sans retenue et ont maintenu leur liberté à bout de bras… d’honneur !

Ce récit d’aventure, empreint de sensualité, est porté par une parole tantôt crue, tantôt lyrique. Avec cette création, Nadine Walsh louvoie entre la révolte, la vulnérabilité et la dérision…
Bienvenue à bord !

(15 ans et plus)

Textes et interprétation : Nadine Walsh
Mise en scène : Alberto Garcia Sanchez
Répétitrice : Marie-Andrée Lemire
Illustration : JAL
Infographie : Joanie Walsh

Au Québec :

18 octobre 2009, 15 h: 1600 De Lorimier
19 octobre 2009, 19 h: 1600 De Lorimier
21 octobre 2009, 20 h: Maison de la culture du Plateau-Mont-Royal, 465 Mont-Royal Est, Montréal. Tél: 514-872-2266
13 février 2010, Salle de Productions Littorale, 138 rue Wellington Nord, 2e étage, Sherbrooke. Tél : 819-566-6996
28 février 2010, 19 h 30: Les dimanches du conte au Cabaret du roy, 363 de la Commune Est, Vieux-Montréal.

En Europe :

19 novembre 2009: Contes en appartement à Paris *
27 novembre 2009: Festival Rapatonadas à Aurillac *
29 novembre 2009: 20h00 Centre Culturel Bruegel, 247 Rue Haute, Bruxelles
Mai 2010: Festival Coquelicontes à Limoges *
Mai 2010: Série de représentations au festival Les arts du récit *

* Lieu et date à déterminer

Feu vert pour Feu blanc

Récemment, j’écrivais à mes collègues du Cercle des conteurs des Cantons de l’Est: « Je suis déjà vendu d’avance à Feu blanc. J’adore l’univers d’Éric [Gauthier] et mon conte favori (« Mauvais numéro ») s’y trouve, alors… Intéressant aussi pour l’approche en studio. »

Il me sera donc difficile de faire une critique objective de l’objet… Il est beau, léché. Les illustrations de Tom Fowler sont tout à fait à propos. Les ambiances créées par Étienne Loranger appuient le caractère étrange des histoires, les rehaussant le plus souvent. C’est certain qu’il y a quelque chose de singulier à entendre le conteur seul, parler dans le grand néant (ce que la musique amplifie), alors qu’on s’attendrait à ce qu’un autre membre du public bouge sur sa chaise, émette un gloussement lorsque c’est drôle, etc. Mais rien de cela. Que le silence et la voix (et la musique). On pourrait presque « ressentir » la lueur de la lune.

Y’a de beaux cadeaux dans ce livre-disque, notamment les vignettes de « Quand Lucien est viré fou » (de pures miettes d’humour sarcastique typiquement « gauthierien ») et la très touchante « Lune du programmeur » (on est touché par ce que l’on peut en informatique…). Puis vous connaissez déjà mon conte préféré (que l’auteur vous offre d’ailleurs). Y’a aussi les textes non-enregistrés « L’égaré » (que je découvrais) et « Le roi de la patate » (que je suis ravi d’avoir sous forme écrite et dont les notes de bas de pages sont ici encore du plus pur Gauthier).

Sur une note très personnelle, ce livre témoigne pour moi du chemin que j’ai parcouru depuis 2003 dans l’univers fascinant du Renouveau du conte au Québec… Alors que Terre des pigeons (2002) était pour moi un livre de référence sur le conte urbain par un jeune conteur inconnu que l’on enseignait à l’université, Feu blanc (qui sera aussi enseigné à l’université) est plutôt une oeuvre que j’ai d’abord vue en spectacle et dont j’ai pu observer (à distance) l’accouchement lors de conversations avec son auteur.

Le livre-disque sort en librairie demain.

Contes et complaintes

Qu’est-ce que j’ai hâte! Je suis énervé comme un ti-gars… Je vais jeter un oeil sur le site de Planète Rebelle pour en savoir plus sur Feu blanc, le livre-CD à paraître du collègue Éric Gauthier et, sur quoi je tombe? Contes et complaintes. Deux voix contemporaines. Soit l’enregistrement du spectacle Faubert-Hindenoch d’il y a deux ans au Festival Les jours sont contés en Estrie! C’est déjà Noël!

Quel beau cadeau nous font les Productions Littorale et les éditions Planète Rebelle! Quel beau cadeau nous avait fait les deux Michel à l’époque! J’ai eu le plaisir d’être dans la salle ce soir-là et j’ai hâte de voir ce qu’ils en ont conservé. Pour moi en tous les cas, c’est un achat incontournable.

Juste d’entendre « La ville de Sarlat » chanté à deux voix sur l’extrait sonore disponible sur le site, j’en ai des frissons (faut dire que depuis la formation avec Hindenoch, « Sarlat » fait partie des berceuses à mes enfants, tout comme « Pour l’amour d’une fille » depuis une formation avec Faubert). Pendant le spectacle, Hindenoch a fait notamment un magnifique conte d’origine géorgienne « L’histoire du chasseur ». J’espère – je présume – qu’il est sur le disque.

Si vous n’y étiez pas, tendez l’oreille, vous ne le regretterez pas. Si vous y étiez, avouez que ça fera de chouettes souvenirs. Sortie prévue le 9 octobre, selon un libraire…