Le transmédia et les nouveaux territoires narratifs

Pendant ce temps, dans un tout autre univers…

La semaine dernière, dans un article intitulé « Le transmédia pour expérience », Le Devoir rapportait le battage médiatique entourant la sortie du dernier chapitre de la série de jeux vidéo Assassin’s Creed.

« La constellation de «la foi de l’Assassin» s’est déployée, entre autres, par le biais de bandes dessinées, de romans, de courts métrages […], d’un jeu Facebook, et même de vêtements dissimulant des codes secrets donnant accès à du contenu narratif en ligne exclusif.  Et c’est sans compter l’éventuel jeu pour iPad, annoncé pour la fin de l’année. La magnifique encyclopédie qui paraît ces jours-ci permet également d’embrasser l’ampleur de cette fiction en expansion »

J’ai beau avoir grandi avec Donjons et dragons, ces épopées en pixels ne m’émeuvent pas beaucoup, indépendamment de leur graphisme 3D réaliste avec effets cinématiques.  Même si j’apprécie que les contes recèlent parfois une part d’action, voire de violence et de drame, ce type de bastons virtuelles me semblent par trop violentes (peut-être simplement parce que je n’y ai pas beaucoup de succès).

Je dois cependant convenir de ma fascination pour le déploiement d’histoires à travers plusieurs plateformes dont j’ai déjà parlé ici et ici.  Quand des vêtements nous donnent accès à des morceaux de la fiction, je pense qu’on peut rigoureusement parler de transmédia. Et que, de l’univers d’un jeu, on arrive à une encyclopédie… Y’a de quoi faire rêver le conteur.

L’artiste multidisciplinaire – journaliste pour l’occasion – Karoline Georges complète son article par ce mot d’analyse :

« C’est donc peut-être du côté du jeu qu’il faudra se tourner pour découvrir les prochaines mutations culturelles. Celles de l’interactivité améliorée, certes. Mais aussi les transformations de la mise en forme de la fiction. »

Comme c’est aussi ma conviction, pour le boulot je participerai ce jeudi 24 novembre à Projet Colombus 02 – Les nouveaux territoires narratifs, journée d’« expédition » sur les plus récentes incarnations des récits.  J’y entendrai, entre autres, une conférence de Sacha Declomesnil intitulée « Culture numérique et mythes fondateurs ».

« Un nouveau rapport s’installe entre chacun de nous et les histoires qu’on se raconte, individuellement ou collectivement. Dans ce nouvel écosystème, les auteurs, scénaristes et autres créateurs de contenu doivent revoir leur rôle. Les médias, diffuseurs, opérateurs, distributeurs et publicitaires aussi…

Avec cette expédition, qui saura intéresser tous ceux qui, de façon générale, réfléchissent aux questions touchant la création multimédia et transmédia, l’animation urbaine, l’évènementiel, les nouveaux médias et la sociologie de la culture, nous explorerons les nouvelles façons de créer des histoires, mais aussi le rôle de chacune des composantes de cet environnement en mutation, des filons potentiels en matière de dramaturgie, les nouveaux canaux de distribution des oeuvres et, ce qui captive bien des gens, les modèles d’affaires. Des études de cas seront évidemment au programme.»
[tiré du programme]

Ça ne devrait pas être triste. Je vous en redonnerai sans doute des nouvelles…

Une réflexion sur « Le transmédia et les nouveaux territoires narratifs »

  1. Merci!! Au plaisir de vous voir jeudi!
    En passant: perso, je me suis intéressé dès le début des années ’90 aux contes, pour avoir proposé l’idée des premiers Contes Urbains à Stéphane Jacques, et Yvan Bienvenu, alors que je dirigeais le Théâtre Biscuit. …Puis vint la déferlante des contes aux Québec…

Laisser un commentaire